Publications

Vers site principal

Classement


Administration

Popularité


Arabsat-6D sera fabriqué en Arabie Saoudite
88 visites,depuis le 14 mars 2017, soit 0 visites en moyenne par jour.
popularité : 100 %
De Romano à Alcatel Space à Cannes-la-Bocca
7843 visites,depuis le 15 octobre 2004, soit 2 visites en moyenne par jour.
popularité : 84 %
Satellite mixte, civil et militaire, pour la France et l’Italie
9210 visites,depuis le 21 juin 2005, soit 2 visites en moyenne par jour.
popularité : 74 %
Blagovest 1 1L mis sur orbite avec succès par Proton M / Breeze M
26 visites,depuis le 18 août 2017, soit 1 visites en moyenne par jour.
popularité : 68 %
AG 2010 : du .. mai au .. mai
866 visites,depuis le 22 janvier 2010, soit 0 visites en moyenne par jour.
popularité : 68 %

Fichier de syndication (RSS)Syndication

 

Vous êtes à: Publications Anecdotes De Romano à Alcatel Space à Cannes-la-Bocca

Publié le : 15 octobre 2004
Auteur :
Philippe



Imprimer cet article

De Romano à Alcatel Space à Cannes-la-Bocca

La société Alcatel Space a été constituée de la société Alcatel Espace et du secteur espace et satellite de la société d’aéronautique Aérospatiale.

Tout d’abord il faut se replacer au milieu du 20ème siècle où retentissaient des noms comme Caudron, Farman, Potez, Bloch, Blériot, Dewoitine, Morane-Saulnier, Romano. Des industries pionnières en aéronautique. On ne parlait pas encore de spatial, ni d’aérospatial. On disait aviation.

La vague des nationalisations de 1936 emporta tout ce beau monde aux 6 coins de la France sous le vocable de Société Nationale de Construction Aéronautique de.... SNCAC dans le Centre, SNCASO pour le Sud-Ouest, SNCASE pour le Sud-Est, SNCAM dans le Midi, SNCAN dans le Nord et SNCAO à l’Ouest pour finir en 1941 en groupes autour de SNCASE et SNCASO préparant la naissance de Sud-Aviation et de SNCAN donnant Nord-Aviation.

A Cannes les anciens appellent encore le centre de la Bocca, "l’usine Romano", du nom du fondateur qui délocalisa l’usine de la Croisette vers La Bocca. Sur fonds de plage plein d’hydravions. On était dans les années 30. De nos jours le paysage a bien changé, les avions sont remplacés par les baigneurs. Et le centre est toujours coincé entre la mer, la voie ferrée et l’aérodrome de Mandelieu.

Dès 1959, poussé par la décision politique de s’armer nucléairement, la société SEREB est créée pour l’Etude et la Réalisation d’Engins Balistiques pour les systèmes de missiles stratégiques nucléaires français. Il n’y avait qu’un pas pour passer du balistique à l’aérospatiale et en 1961 les programmes de lanceurs de satellites furent initialisés avec Diamant. En 1970, Sud et Nord fusionnent en absorbant la SEREB pour former la SNIAS, Société National de l’Industrie AéroSpatiale, ou plus simplement l’Aérospatiale.

La lutte intestine entre ex-Nordistes des Mureaux et ex-Sudistes de Cannes pour l’héritage spatial se traduisit en final par un partage des activités. Au centre des Mureaux le pôle lanceurs de satellite et au centre de Cannes le pôle satellites et sondes spatiales.

Pendant et depuis l’ère Romano, quelques centaines d’hydravions, d’avions, de missiles ultra-secrets dont le premier missile de croisière sortirent du grand bâtiment rectangulaire qui longe la mer.

Pour en revenir aux activités purement spatiales le grand démarrage industriel fut le programme franco-allemand de télécommunication Symphonie qui, dans les limbes dès 1968, se termina par le lancement de 2 satellites en 1974 et 1975 par un lanceur américain depuis Cape Canaveral en Floride car les lanceurs allaient d’échec en échec. C’était avant Ariane.

Nord-Aviation aux Mureaux fut le chef de file de Symphonie et Sud-Aviation à Cannes le responsable des études et réalisation mécaniques et thermiques au sein du consortium CIFAS auquel participaient les électroniciens Thomson et CSF d’où est issu Alcatel Espace 12 ans plus tard.

Historiquement, à Cannes, dès 1970, on voit apparaître la première coopération spatiale franco-soviétique, avec la réalisation d’un panneau réflecteur laser TL2 équipant la voiture martienne Lunakhod à bord de Luna 17 pour effectuer des mesures de précision de la distance Terre-Lune.

En 1977 c’est le lancement du premier satellite météo européen Meteosat réalisé sous maîtrise d’œuvre du centre cannois au sein du consortium européen COSMOS.

En 1981, c’est le démarrage des programmes franco-allemand TDF et TVSat, premiers satellites de radio-diffusion à forte puissance de canaux de télévision pour la réception directe au sol.

En 1981 c’est le début de l’export avec les générations Arabsat pour la Ligue Arabe, puis en 1986, c’est le succès du programme Eutelsat 2ème génération et en 1990 première maîtrise d’œuvre de système clé en main pour la Turquie, Türksat.

La même année, maîtrise d’œuvre du satellite d’astronomie européen ISO, Infrared Space Observatory pour l’imagerie et la spectroscopie de l’univers.

Simultanément en 1990, début de réalisation de la sonde spatiale Huygens, capsule d’atterrissage sur Titan, un des satellites naturels de Jupiter. Huygens, transportée par la sonde américaine Cassini dans les faubourgs de Jupiter a été larguée à la mi-décembre 2004 pour un attitanissage très réussi mi-janvier 2005.

En 1992, participation au montage financier d’un opérateur privé Nahuelsat et début de réalisation du programme Nahuel, système de télécommunication par satellite pour l’Argentine.

En 1996, démarrage du programme de plate-forme légère multimission Proteus qui ouvrira la voie à des satellites comme Jason, Calipso, Corot... pour la décennie suivante et sous la marque de fabrique Alcatel.

Et en 1998, c’est le démarrage du satellite de télécommunication Astra 1K, pour le compte de SES Astra, qui est l’un des plus puissants satellite jamais réalisé, rempli de nouvelles technologies. On en est à la nouvelle génération des Spacebus, la version 4000. Le lanceur Proton le mettra malheureusement sur une mauvaise orbite ce qui obligera à le détruire en vol en le faisant plonger vers le Pacifique.

Et enfin, en 1998, suite des re-re-restructuration du secteur aéronautique et spatial français, l’Aérospatiale isole son activité satellitaire dont celle du centre cannois, permettant la privatisation de cette unité et absorption par Alcatel.

Cela donnera naissance à Alcatel Space filiale d’Alcatel à 75% et de Thomson-CSF de 25%. La prise de contrôle par Alcatel sera totale quelques années plus tard.

Un an plustard le reste de l’Aérospatiale, y compris le centre des Mureaux, est engloutie par fusion dans le groupe Matra de Lagardère, puis mariage avec l’allemand DASA pour donner EADS et EADS Astrium pour les satellites.

La fin d’une époque.

En attendant les prochaines restructurations spatiales pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire du centre de Cannes. La prochaine étape est déja sur orbite en octobre 2004 !.



Fonction "Réagir à cet article" est suspendue.

Copyright Association 4AS
Gérant du site: < ou > Courriel de l'Association: